Se rebâtir en affrontant ses peurs


SE REBÂTIR EN AFFRONTANT SES PEURS

Pour que la confiance devienne de plus en plus présente au quotidien, il est à mon avis essentiel d’affronter ses peurs.

Chaque fois que vous faites de l’évitement, vous nourrissez cette partie de vous qui croit être en danger, ce qui n’est pas du tout le cas. En ce sens, plus vous ferez face à vos peurs en vous exposant aux situations anxiogènes, plus vite votre partie adulte et confiante prédominera dans votre vie.


Pour vous aider, fixez-vous des objectifs quotidiens réalistes et inscrivez-les dans votre journal. Ainsi, vous pourrez observer votre évolution et devenir de plus en plus fiers de vous et du chemin parcouru.


Il n’est pas nécessaire de vous fixer des objectifs trop élevés, cela risquerait de vous décourager. Allez-y progressivement. Pour certains, ce sera sortir sur le balcon, pour d’autres voyager sur l’autoroute.


Il n’y a pas de petite action, chaque action compte et elle s’ajoute à vos victoires.


Si une journée vous semble trop difficile pour vivre une exposition anxiogène, accordez-vous le droit de prendre une pause.

Surtout, ne vous mettez pas de la pression inutilement. Reposez-vous tout simplement, en vous rappelant que demain est un autre jour.

Rebâtir sa confiance demande du temps, de la persévérance et de la ténacité. Nous avons tous ces qualités en nous qui ne demandent qu’à s’exprimer. Et c’est grâce à ces défis qu’occasionne la peur qu’elle nous permet de grandir…


Voici quelques rappels qui vous seront certainement utiles avant de vous exposer à des situations anxiogènes.


  • Si vous sentez de l’angoisse pendant un exercice, prenez conscience qu’il est inutile de vous battre contre la peur. Souvenez-vous que la peur n’est pas votre ennemie. Elle est plutôt un appel à un éveil intérieur. Le but de l’exercice n’est pas d’éviter de ressentir l’angoisse, mais bien d’agir, de passer à l’action, et ce, malgré l’angoisse pour que, tranquillement, la peur cesse de vous dominer.


  • Reconnaissez la peur pour ce qu’elle est : une peur conditionnée, rien d’autre. Vous pouvez le faire… Cela vous demandera peut-être une certaine dose d’énergie, mais la récompense sera grande et vous en redemanderez. Votre confiance s’intensifiera.


  • Autant que vous le puissiez, pendant un exercice d’exposition, allez jusqu’au bout de la peur : restez le plus longtemps possible sur le lieu choisi. Évidemment, respectez vos limites. Nous avons tous des journées plus faciles que d’autres. Donc, si cela devient trop difficile, respectez-vous et ne vous blâmez pas. L’important est de persévérer. Vous n’avez qu’à refaire l’exercice le lendemain.


  • Pendant un exercice d’exposition, si vous ressentez des difficultés, je vous suggère d’utiliser la technique JE RESTE. Dites à la partie de vous qui a peur que vous souhaitez rester sur les lieux.Apprenez à vous dissocier de la peur, cela devient beaucoup plus facile de s’en libérer. L’enfant intérieur en vous qui a peur a un âge mental de 4 ou 5 ans. Traitez cette partie de vous de la même manière que vous prendriez soin d’un enfant qui a peur. Au besoin, pendant l’exercice, dites à cette partie de vous que vous souhaitez rester, qu’il n’y a aucun danger. Enseignez-lui le courage. Utilisez la partie adulte en vous pour montrer à cette partie enfantine que tout va bien.


Je vous souhaite de beaux dépassements ! Et je vous souhaite surtout de grandir grâce à la peur…



© 2019 santépsychologique.com

  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon